Une clé des chants

Inventer des secrets, les enfermer, et puis les révéler dans une sorte de strip-tease, un écoulement du silence. Creuser, chercher, écouter, jouir de la révélation à soi-même, car bien sûr les secrets resteront toujours des secrets, qui pourrait dire sinon s’inventer ses propres secrets ?

Petit album révélateur jusqu’à la percée du jour (clic pour entrer).

(papier, papier découpé, papier cube, acrylique, sur carton entoilé)

Les fantomatiques – suite impromptue

Encore quelques tableaux pour une suite impromptue dans la vie des Elles, presque toutes réunies pour un week-end au bois un peu déjanté.

Je vous propose d’entrer dans l’album pour aborder une des histoires possibles, dont je ne trace que quelques lignes.

(modèles dans l’ordre d’apparition pour ces Fantomatiques : Béatrice, Sophia, Céline, Héloïse, Loretta et Jodhra)

La traversance BdC – 1

Avec ce premier numéro, je vous accueille dans la vie d’un bois enchanteur. Ce journal n’a pas la prétention d’être objectif ni rigoureusement campé dans la réalité. Il relate des faits simplement vécus et ressentis… Alors si l’envie de feuilleter cette page vous tente, il suffit de l’agrandir… agrandir.

Une partie scrabbleuse

C’était une soirée d’hiver qui s’annonçait paisible et douillette, un bon livre entre les mains, le feu m’endormirait sur le divan. L’idéal pour attraper les rêves. Je terminais de fixer mon appareil photo sur le trépied afin d’être prête pour les macrophotos du lendemain, lorsqu’elles sont arrivées, quatre d’entre elles du moins, apparues subitement d’une pensée fugace,  d’une présence manquante peut-être, Céline Héloise Sophia Béatrice. Venues pour moi, Lire la suite « Une partie scrabbleuse »

L’homme buisson

Cache-cache dans la broussaille tirée à la plume je finirai bien par t’attraper.
Sophia n’a rien dissipé des doigts troublant sa nuque pianotant à la recherche de l’accord parfait. En mode mineur de préférence mélancolie et abandon. Oubliée du temps, elle détonne incongrue dans la marge émergente. Abstinence verre vide main tremblante sur la dernière cigarette qui avait oublié de s’éteindre s’étreindre s’étendre, le coeur brûlé d’une page en désordre.
Sophia se déplie sur son lit de papier lisse ses cheveux s’échappent de leur sommeil. Elle fera naitre la chair le cuir le désir, ces mots encore intracés, ces formules chimiques par lesquelles il s’inventera comme en miroir de ses chimères. Pas de jeu cette fois. Toi, tu seras, de bric et de broc à l’encre empesée, de gestes et de volonté, d’un complot né avec les sèves, les semences, les tourbillons racinaires, les retenues brisées. Une vie un souffle un mirage. Sophia modèle l’homme. Avant la nuit la dissolution la prochaine extinction. Un masque de Pierrot et quelques facéties de l’instant libéré.

Elles et mes sables mouvants

«  Un jour, ils sont là. Un jour, sans aucun souci de l’heure. On ne sait pas d’où ils viennent, ni pourquoi ni comment ils sont entrés. Ils entrent toujours ainsi, à l’improviste et par effraction. Et cela sans faire de bruit, sans dégâts apparents. Ils ont une stupéfiante discrétion de passe-muraille. Ils : les personnages. »

Cette citation de Sylvie Germain, tirée de son livre Les personnages est une bonne introduction à cet article. Parce que je vais vous parlez aujourd’hui de certains de ces personnages qui m’ont rendu visite, et qui ont décidé de rester auprès de moi. Discrets, mais tellement présents. Lire la suite « Elles et mes sables mouvants »